Besoin d'aide pour réserver? Appelez-nous
(+230) 269 1600

L'HISTOIRE DE L'ÎLE MAURICE

Découverte par les Portugais en 1507, puis occupée par les Hollandais de 1598 à 1710, Maurice devint la possession de la Compagnie des Indes en 1715, et du roi de France en 1767, qui l'a baptisée Île de France.

Conquise en 1810 par les Anglais, et après s'être fait reconnaitre par le traité de Paris en 1814, les Anglais laissèrent aux colons français l'usage de leur langue et du code civil.

Beaucoup de colons sont restés, constituant le groupe franco-mauricien, fait de grands propriétaires fonciers et hommes d'affaires.La culture de la canne à sucre se développe d'abord avec les esclaves africains et malgaches. Puis après l'abolition de l'esclavage en 1835, les grands exploitants ont recours à une abondante main d'&oeliguvre indienne sous-contrat, dont une grande partie s'est installée sur l'île.

Histoire de l'Ile Maurice

L'île Maurice a été formée à la suite de deux séries d'éruptions volcaniques séparées d'une longue période d'érosion. Au 10ème siècle, l'île reçut la visite de marins arabes. Le premier Européen à débarquer sur l'île était Portugais, il s'agit soit de Fernandez Pereira en 1511, soit de Pedro Mascarenhas en 1512.

Mais la véritable colonisation de l'île débute avec les Hollandais qui la nomment "Mauritius" en l'honneur du Prince Maurice Van Nassau de Hollande. Au lieu d'agrandir leur colonie, les Hollandais se contentèrent de piller la faune (d'où l'extinction du dodo) et la flore causant la disparition du bois d'ébène. Par contre, ils introduisirent la canne à sucre, et importèrent les cerfs de java. Ils quittèrent l'île avec leurs esclaves en 1710 suite à des graves sècheresses et les ravages causés par les cyclones.

Abandonnée par les Hollandais, l'île Maurice devient française en 1715. Elle est alors nommée "Isle de France". 

En 1735, avec l'arrivée de son plus célèbre gouverneur Bertrand-François Mahé de la Bourdonnais, que l'île de France (Maurice) commença son véritable développement. Nommé par la Compagnie des Indes Orientales, il dirigea la colonie de 1735 à 1745.

Mahé de la Bourdonnais fit prospérer l'île de France avec la fondation de plusieurs villes dont Port-Louis, chef-lieu des établissements français de toute la région, la construction d'édifices, d'entrepôts et des casernes militaires. Il accorda l'exploitation des forêts pour le bois d'&oeliguvre et de chantier naval, l'introduction de la canne à sucre, ainsi que la plantation du café, du poivre et de l'indigo.

Grâce à Pierre Poivre, le « commissaire ordonnateur » et intendant général de l'île de France et de Bourbon, l'archipel des Mascareignes devint une colonie prospère, élaborée, et souhaitée par les Britanniques.

En 1768, Pierre Poivre introduit l'imprimerie et ce botaniste et membre de plusieurs académies de sciences, a adapté dans les îles de l'archipel, une quantité d'épices (le poivre, le girofle, la muscade, la cannelle, etc...) Il a également encouragé la culture des arbres fruitiers et fut même l'auteur des premières lois sur la protection de la Nature. C'est à lui que les Mauriciens doivent le célèbre « Jardin de Pamplemousses » qui abrite des nénuphars géants, plus d'une soixantaine de palmiers et bien d'autres espèces végétales.

Pierre Poivre assainit le climat moral et social des Mascareignes en corrigeant le sort des esclaves dans tout l'archipel. La population grandit à l'île de France et l'apparition du Créole Mauricien se situe d'après les historiens entre 1721 et 1769, ce qui expliquerait que le créole mauricien d'aujourd'hui contient encore des mots d'origine sénégalaise descendant de la langue Wolof. Ce créole englobe en outre des grandes quantités des mots malgaches et comoriens car un grand nombre d'esclaves furent aussi déportés de Madagascar et des Comores.

Histoire de l'Ile Maurice

Mais les rivalités franco-britanniques, déjà virulentes aux Antilles, se propagèrent dans l'Océan Indien.

Elles risquaient de nuire considérablement au commerce anglais, donc il était temps pour les Britanniques de mettre fin à l'hégémonie française dans cette partie de l'Océan Indien.

Vers 1809, les troupes britanniques commencèrent par contrôler l'île Rodrigues.

De ce fait, les Anglais avaient rassemblé leurs 10.000 soldats avant de prendre l'assaut l'île de France (Maurice) et l'île Bonaparte (la Réunion) en 1810. La population s'élevait à 73 000 habitants et était constituée à 80% d'esclaves originaires du Mozambique est de Madagascar.

L'île devient ensuite une base d'opérations pour les corsaires qui s'attaquent principalement à la flotte britannique. En août 1810, les flottes anglaises et françaises s'affrontent au large de Grand Port. L'attaque anglaise est repoussée. Après avoir pris l'île Rodrigues, les Anglais débarquent en force au nord de l'île Maurice. Ils prennent le dessus sur les forces françaises qui doivent capituler.

L'administration britannique démarre alors et cette période est marquée par le développement intensif de l'industrie sucrière et par la création des infrastructures appropriées afin de répondre aux exigences du progrès économique de l'île. En 1835, l'esclavage est aboli. Les esclaves sont affranchis et seront remplacés par la nouvelle immigration indienne, arrivée dans l'île pour travailler dans les champs de canne à sucre.

Histoire de l'Ile Maurice

L'île restera colonie britannique jusqu'à son accession à l'indépendance, le 12 mars 1968, sous la présidence du Dr Seewoosagur Ramgoolam. L'île devient une république en 1992. Rodrigues qui fait partie intégrante de la République de Maurice est sous un régime d'autonomie locale depuis 2002.

La population actuelle avoisine 1 300 000 habitants, alors que plus de 250 000 Mauriciens vivent à l'étranger, principalement en Australie, Angleterre, France et Belgique. Ils ont émigré massivement dans les années précédant l'indépendance fuyant une supposée hégémonie hindoue.

Les Indo-Mauriciens représentent la majorité de la population, en effet ils sont 68%, 52% d'hindous et 16% de musulmans. Ils représentent aussi la majorité politique. Le reste de la population est composée de Créoles (27%), de Sino-Mauriciens (3%) et de « Franco-Mauriciens » qui représente 2% de la population.